gingembre-bienfaits

Les bienfaits du gingembre

L’utilisation du gingembre remonte à plus de 5000 ans. Les civilisations grecques, romaines s’en servaient déjà pour assaisonner leurs mets. De nos jours, il est très apprécié dans les plats asiatiques en Chine, mais aussi en Inde, et également quelques recettes de la gastronomie européenne. Ce condiment est connu pour ses vertus antioxydante, anti-inflammatoire et aphrodisiaque. Le point sur les propriétés et les bienfaits de cette épice.

Les vertus du gingembre

La consommation régulière de cet aliment sous forme de poudre ou frais est bénéfique pour la santé. Il est réputé par ses nombreuses propriétés médicinales dues à sa richesse en manganèse, phosphore et magnésium. On trouve également du calcium, fer, sodium, cuivre, vitamines B2, B3 et vitamine C dans sa composition. Entre autres vertus, le gingembre a une action favorable sur l’équilibre de la digestion et réduit les perturbations du métabolisme. En effet, il améliore la sécrétion biliaire et les enzymes digestives. Les personnes qui ont du mal à digérer les graisses ou d’autres aliments feront ainsi mieux de boire une boisson de gingembre avant chaque repas ou en regardant des films en soirée. Il a également l’intérêt d’arrêter les nausées et les vomissements. Les femmes enceintes qui sont pour la plupart du temps sujettes aux vomissements peuvent en consommer 1,5 g en poudre par jour. Les fréquents rejets gastriques lors d’un voyage en car ou en avion, ou après une opération chirurgicale peuvent également s’estomper avec la prise d’un gingembre en capsules.

bienfaits-gingembre

Cette plante permet également de combattre les bactéries tout en atténuant les douleurs, les fièvres et les inflammations. En tant qu’anti-inflammatoire naturel et antioxydant, on peut en manger quotidiennement, dans la limite de 500 mg, sans que cela ait un effet notoire sur sa santé. Mixé avec de l’ail ou de l’oignon dans un jus, il a un effet thérapeutique efficace. En tant qu’antibactérien, le gingembre permet aussi de tonifier l’organisme. Sa teneur en cuivre permet en effet de participer à la formation du collagène et au pigment des globules rouges du sang. Une alimentation contenant une quantité suffisante du gingembre permet ainsi de fortifier les personnes faibles, malades ou souffrantes. Le manganèse contenu dans sa composition permet également de prévenir les dégradations provoquées par les radicaux libres. En occident, les personnes atteintes de problèmes de rhumatisme ou d’arthrite en consomment pour diminuer les douleurs. Certains diététiciens le recommandent également en tant que brûle-graisses, c’est peut-être du fait qu’il améliore la digestion.

Mais on lui reconnaît également des propriétés aphrodisiaques dues à sa capacité de renforcer l’organisme. Il agit ainsi sur les hormones et chauffe l’organisme. Quant à la propriété pour stimuler la libido qu’on lui attribue, d’autres plantes comme le maca est prouvée plus efficace à cette fin.

Y a-t-il des contre-indications à la prise du gingembre ?

A doses assez importantes, des sensations de brûlures d’estomacs peuvent apparaître. La personne peut également avoir des diarrhées plus ou moins sérieuses. Il faut alors réduire le dosage. Au fur et à mesure que l’organisme s’habitue au nouveau régime, on augmente la dose. Enfin, il est déconseillé pour les personnes ayant des troubles d’obturation de voies biliaires.

Auteur de l’article : ffirc