fringues-passion

Ma passion : les fringues

Dans mes souvenirs, j’ai toujours adoré les fringues et la mode. Quand j’étais une fillette rondelette et mignonne, j’avais une passion pour les jupes virevoltantes et les petits escarpins. Ma mère me grondait toujours car j’avais l’habitude d’essayer ses talons effilés. Puis à l’âge de l’adolescence, quand j’étais au collège, j’aimais feuilleter les magazines féminins de ma mère (elle en collectionnait beaucoup). Ma mère me donnait chaque semaine de l’argent de poche pour que je puisse m’acheter ce dont je voulais. J’ai fait l’achat d’un jean baggy, un truc que je trouvais très cool à l’époque. Vers 16 ans, je commençais à changer de style avec un jean slim ou de pantalon style vintage, qui m’allait bien d’ailleurs. A 17 ans, je me tourne vers le style prêt-à-porter sur le site d’Hermès, mon e-shop favori. J’ai craqué pour bon nombre de look mode de la saison, et des tenues casuals de femmes sur le site alors que je n’ai pas beaucoup de moyens. Le budget que ma mère m’a donné est juste suffisant pour les frais de transport à la fac, le repas de midi et quelques extras. J’ai dû alors faire de petits boulots comme garde d’enfants pendant quelques heures pour pouvoir gagner un peu d’argent ou répondre à des questionnaires. La journée je suis les cours, et l’après-midi je fais mon boulot. Mais en soirée mon smartphone me fait profiter de bons plans en ligne, quand il y en a. J’ai pu profiter de 30% voire 50% de réduction pour un ensemble pantalon chemise, une mini-jupe en cuir, des tropéziennes pour l’été, des chemisiers luxe etc. J’ai pu changer de look autant de fois que me permet mon budget serré tout en donnant libre cours à mes fantaisies.

Les contraintes au boulot

Plus tard, quand j’ai décroché mon premier emploi après mes études, l’amour que je vouais pour les fringues n’a fait que s’approfondir. J’ai liquidé toute ma garde-robe de qualité médiocre, je les ai vendus en ligne et j’ai dépensé les salaires de mes 4 premiers mois en vêtements et accessoires. C’est parce que la gérante a dit qu’il faut s’habiller classe pour l’image de la société. Je ne veux pas me faire reprocher pour mon look et je préfère ne pas prendre de vacances ou réduire mes dépenses plutôt que de ne pas être capable d’acheter une nouvelle robe au moins une fois chaque mois.

passion-fringues

Qu’en disent les psy ?

Il m’arrive de se demander pourquoi j’affectionne tant les fringues, mon armoire est pleine à craquer de vêtements. Sans parler de mes soixantaines de paires de chaussures. Depuis que je travaille, j’ai toutes les modes qui me plaisent. Le fait est que j’adore bien me sentir dans ma peau, porter de nouvelles choses et de belles choses et être l’objet des regards. Un défaut narcissique, dit le psy, ou une image de soi vacillante. Il a dit que si l’on est sûr de soi, on n’a pas besoin de changer de tenues tout le temps. Quoi qu’il en soit, pour moi j’aime le look glamour, mes tenues me rendent plus séduisante, et plus confiante en moi. Sans eux, je me sens moins « femme».

Post Author: ffirc