adrenaline-accro

Je suis accro à l’adrénaline

Accro du risque, tout le monde pense que je suis accro à l’adrénaline. Un phénomène que je ne nie surtout pas mais que j’essaye toutefois de creuser de tous les angles possibles afin d’effrayer le moins possible mon entourage. Les sensations fortes, les peurs de tout genre, les prises de risque de haut niveau sont pour moi une source de bien-être incroyable que la plupart des gens n’arrivent pas à cerner. Quand mon médecin m’a parlé d’une poussée d’adrénaline causée spécialement par le stress du quotidien, je me dis tout simplement que c’est donc une façon comme une autre de se libérer de toutes les charges qui me pèsent au quotidien.

Mes débuts

Quand j’étais enfant, j’avais l’habitude de mettre à l’épreuve tout mon physique. Je m’amusais à rester sous l’eau pendant plus de temps que les autres, je montais au plus haut sommet d’un arbre quand tout le monde s’arrête à une hauteur « jugée » raisonnable, je poussais toujours plus haut mes envies de saut en hauteur quand tous mon entourage me parlait de frôler directement la mort. Alors que j’avais à peine 16 ans, je sentais déjà en moi ce besoin de relever plein de défi, de surmonter cette peur que tout le monde avait du vide, du feu, de l’eau et de toutes sortes d’autres choses que moi je trouvais du plaisir à côtoyer. Bref, j’ai vécu une enfance extraordinaire que je n’ai pas du tout regrettée.

Ce besoin de sensations fortes

Depuis toujours, j’adore défier toute sensation de peur. J’adore tester les manèges et les montagnes russes parce que ça me procure de très belles sensations que je n’arrive même pas à expliquer correctement. Je fais aussi du parachute avec mes amis, mais quand ils arrêtent à un moment donné pour des raisons de santé ou parce qu’ils ont désormais fondé une famille, moi je pousse toujours mes limites un peu plus loin à chaque fois. Récemment, c’est au saut à l’élastique que j’ai tourné toute mon attention. Et il faut croire que j’adore ça plus que le parachute désormais. Quand je pratique ce genre d’activité, j’éprouve une sensation de satisfaction qu’aucune autre activité « normale » ne me procure. Je suis toujours de bonne humeur après avoir fait du parachute ou du saut à l’élastique. Et je n’arrive même pas à vous expliquer pourquoi je ressens cela.

accro-adrenaline

Mon addiction à l’adrénaline

Vous contentez-vous d’une seule pratique quand vous vous attachez à une activité en particulier ? Tout comme un joueur accorde une très grande importance aux jeux vidéo en réseaux, ou un sportif à pratiquer sa discipline préférée, j’éprouve toujours cette envie de recommencer chaque activité que je fais dès que je l’ai terminé. Que ce soit pour le parachute, le saut à l’élastique, les manèges ou les montagnes russes, je recherche toujours à chaque fois un moyen de passer à un niveau supérieur. Et une fois que je trouve un autre endroit assez haut pour mon dose d’adrénaline, je n’ai qu’une seule idée, y aller le plus rapidement possible.

 

Post Author: ffirc