Nous sommes 3 collègues qui travaillons dans la branche d’une institution bancaire dans la région de Nord-Pas de Calais en France. La fin de l’année dernière, nous avions pris un congé d’une semaine pour partir ensemble direction archipel de Malte afin de découvrir un autre horizon et de régaler nos envies de plongées. Les sites de plongées maltais ont, en effet, la réputation d’être superbes et nous projetions de louer un bateau pour faire le tour des archipels. Sur internet, on a trouvé la société qui loue le bateau pour 4 personnes et il ne nous reste plus que trouver la dernière personne qui va partager la location. Mais comme le temps est très serré, nous n’arrivions pas à en trouver et on a fini par payer la dernière place. Comme nous sommes tous les trois des non-initiés à ce genre d’activité, nous avions aussi décidé de trouver un formateur. Ce qui n’est pas très difficile. Ainsi, accompagné de notre moniteur, nous avions entrepris une expérience inoubliable d’un stage de plongée d’une semaine dans ces archipels paradisiaques. Récit de notre plongée à Malte.

Des épaves en tout genre

Notre choix se porte sur un voilier JEANNEAU Sun Odyssey 6 couchages pour 404 euros par jour. Le moniteur s’est déjà chargé de chercher les équipements de plongée à petit prix et pendant 6 jours, nous avions fait une quinzaine de sessions au total. Le baptême de découverte était super. La première fois, Patrick, l’un de mes collègues a eu quelques maux au début, il ne pouvait pas rester plus de 5 mn avec la bouteille sous les profondeurs d’une dizaine de mètres. Mais lors des prochaines sessions, il a pris quelques comprimés et s’en est bien remis. Par ailleurs, le moniteur parle bien le français, et il est très accueillant. Ce qui facilite les choses, car la langue de Shakespeare est la deuxième langue dans l’archipel. Donc, nos premiers baptêmes se sont déroulés tant bien que mal malgré quelques problèmes au début. Nous avions commencé au site de Cirkewwa où les couleurs des faunes et de flores et les falaises sous-marines nous ont émerveillés. Nous avons pu prendre des clichés impressionnants de l’endroit, y compris l’épave ROZI, qui se trouve à 35 mètres. Là, c’est lors du troisième jour que notre moniteur nous a fait la gracieuse bonté de visiter cette épave. Puis, nous avions exploré le HMS Maori, celle-ci est une épave réputée pour son intervention dans la submersion du vaisseau allemand Bismark avant la Deuxième guerre mondiale.

ff-irc.net-plongee-malte-azure-windowsAyant vu en ligne les sites Dwedja et le Crystal Laggon de Comino, nous avions demandé aussi à notre formateur de nous y amener. A notre demande, il nous a montré alors le Blue Hole, l’Azure Window en passant par le lagoon de Comino et l’incontournable épave d’Um El Faroud ainsi que d’autres épaves. Le dernier jour de notre location de bateau en journée, nous l’avions passé à visiter les belles côtes des archipels et à baigner dans les eaux turquoise de Blue Lagoon. La prochaine fois nous y reviendrons pour parcourir l’intérieur de la terre.

Qui ne se soucie pas des regards des autres ? Au fond tout le monde adore être bien vue par son entourage. Dans ce cas la mode joue un rôle important. C’est toujours agréable de croiser une personne stylée, à la pointe de la mode dans la rue, et cela arrive presque tout le temps a New-York, Londres, Paris, Madrid... On est toujours honoré de recevoir des compliments sur notre apparence n’est-ce pas ! Alors je vous le dis, soignez votre look. Souvenez-vous aussi qu’elle révèle plein de chose sur votre personnalité.

Être stylé et à la pointe de la mode

La classe et le style sont deux choses tout à fait différentes. Vous pouvez rester classe même avec vos vieux vêtements mais être stylées requiert des matières plus modernes. D’abord pour obtenir l’inspiration, consultez les blogs et les magazines de mode. Parfois les blogueuses sont en avance par rapport à la tendance. Vous serez donc le premier informé d’un nouveau look au gout du jour. Vous pouvez aussi profiter des conseils gratuits offerts par les boutiques de mode en ligne. Vous y trouverez les looks pour chaque saison, les must have et les combos. Des professionnels du monde fashion s’appliquent pour nous y offrir leur aide. Outre, copiez le look d’une star nous aide aussi.

Parfois il faut aussi être audacieux. N’ayez pas peur de tester de nouveau look. Farfouillez votre armoire pour mélanger les couleurs, les imprimés et les nouveautés pour créer des combos audacieux. Sinon les intemporels font toujours l’affaire pour éviter les fashions faux-pas. Ayez dans votre dressing des valeurs sûres comme les petites robes noires. Elles vous serviront surement un jour lorsque vous manquez d’inspiration.

Enfin, la mode ne sert à rien si elle ne nous met pas en valeur. Je ne suis pas d’accord avec les gens qui suivent bêtement la tendance d’une époque. Pour une apparence réussit il faut mettre des habits et des couleurs en harmonie avec notre corps. Informez-vous donc sur votre morphologie : en A, H, V, 8… puis suivez les règles conseillées pour chaque forme.

mode-jadore

La mode reflète ma personnalité

A chaque style correspond une personnalité. Même nos sacs révèlent des choses sur nos habitudes. Les vraies fashionistas et les working girls ne se séparent jamais de cet accessoire incontournable. Par exemple, si vous préférez les sacs ultra-larges en général c’est que vous êtes du genre prévoyant. Vous voulez y mettre toutes sortes d’objets que pensiez utiles pour prévenir en avance des évènements comme la perte de clé, la déchirure des vêtements ou bien le malaise.

Si au quotidien le petit sac vous convient alors vous êtes la personne qui se contente du minimum nécessaire. Mais porté en soirée ce genre de sac reflètera votre féminité. Enfin pour renforcer l’image de soi vous pouvez porter un sac de luxe. Il va vous placer sur un piédestal si associé à des habits à la fois classes et stylés. Alors à vous de choisir le message que vous voulez transmettre.

Pour conclure, servez-vous de la mode pour affirmer votre valeur. N’en abusez pas. Mettez-vous à l’aise dans vos habits.

Dans mes souvenirs, j’ai toujours adoré les fringues et la mode. Quand j’étais une fillette rondelette et mignonne, j’avais une passion pour les jupes virevoltantes et les petits escarpins. Ma mère me grondait toujours car j’avais l’habitude d’essayer ses talons effilés. Puis à l’âge de l’adolescence, quand j’étais au collège, j’aimais feuilleter les magazines féminins de ma mère (elle en collectionnait beaucoup). Ma mère me donnait chaque semaine de l’argent de poche pour que je puisse m’acheter ce dont je voulais. J’ai fait l’achat d’un jean baggy, un truc que je trouvais très cool à l’époque. Vers 16 ans, je commençais à changer de style avec un jean slim ou de pantalon style vintage, qui m’allait bien d’ailleurs. A 17 ans, je me tourne vers le style prêt-à-porter sur le site d’Hermès, mon e-shop favori. J’ai craqué pour bon nombre de look mode de la saison, et des tenues casuals de femmes sur le site alors que je n’ai pas beaucoup de moyens. Le budget que ma mère m’a donné est juste suffisant pour les frais de transport à la fac, le repas de midi et quelques extras. J’ai dû alors faire de petits boulots comme garde d’enfants pendant quelques heures pour pouvoir gagner un peu d'argent ou répondre a des sondages. La journée je suis les cours, et l’après-midi je fais mon boulot. Mais en soirée mon smartphone me fait profiter de bons plans en ligne, quand il y en a. J’ai pu profiter de 30% voire 50% de réduction pour un ensemble pantalon chemise, une mini-jupe en cuir, des tropéziennes pour l’été, des chemisiers luxe etc. J’ai pu changer de look autant de fois que me permet mon budget serré tout en donnant libre cours à mes fantaisies.

Les contraintes au boulot

Plus tard, quand j’ai décroché mon premier emploi après mes études, l’amour que je vouais pour les fringues n'a fait que s’approfondir. J’ai liquidé toute ma garde-robe de qualité médiocre, je les ai vendus en ligne et j’ai dépensé les salaires de mes 4 premiers mois en vêtements et accessoires. C’est parce que la gérante a dit qu’il faut s’habiller classe pour l’image de la société. Je ne veux pas me faire reprocher pour mon look et je préfère ne pas prendre de vacances ou réduire mes dépenses plutôt que de ne pas être capable d’acheter une nouvelle robe au moins une fois chaque mois.

passion-fringues

Qu’en disent les psy ?

Il m’arrive de se demander pourquoi j’affectionne tant les fringues, mon armoire est pleine à craquer de vêtements. Sans parler de mes soixantaines de paires de chaussures. Depuis que je travaille, j’ai toutes les modes qui me plaisent. Le fait est que j’adore bien me sentir dans ma peau, porter de nouvelles choses et de belles choses et être l’objet des regards. Un défaut narcissique, dit le psy, ou une image de soi vacillante. Il a dit que si l’on est sûr de soi, on n’a pas besoin de changer de tenues tout le temps. Quoi qu’il en soit, pour moi j’aime le look glamour, mes tenues me rendent plus séduisante, et plus confiante en moi. Sans eux, je me sens moins « femme».

L’utilisation du gingembre remonte à plus de 5000 ans. Les civilisations grecques, romaines s’en servaient déjà pour assaisonner leurs mets. De nos jours, il est très apprécié dans les plats asiatiques en Chine, mais aussi en Inde, et également quelques recettes de la gastronomie européenne. Ce condiment est connu pour ses vertus antioxydante, anti-inflammatoire et aphrodisiaque. Le point sur les propriétés et les bienfaits de cette épice.

Les vertus du gingembre

La consommation régulière de cet aliment sous forme de poudre ou frais est bénéfique pour la santé. Il est réputé par ses nombreuses propriétés médicinales dues à sa richesse en manganèse, phosphore et magnésium. On trouve également du calcium, fer, sodium, cuivre, vitamines B2, B3 et vitamine C dans sa composition. Entre autres vertus, le gingembre a une action favorable sur l’équilibre de la digestion et réduit les perturbations du métabolisme. En effet, il améliore la sécrétion biliaire et les enzymes digestives. Les personnes qui ont du mal à digérer les graisses ou d’autres aliments feront ainsi mieux de boire une boisson de gingembre avant chaque repas ou en regardant des films en soirée. Il a également l’intérêt d’arrêter les nausées et les vomissements. Les femmes enceintes qui sont pour la plupart du temps sujettes aux vomissements peuvent en consommer 1,5 g en poudre par jour. Les fréquents rejets gastriques lors d’un voyage en car ou en avion, ou après une opération chirurgicale peuvent également s’estomper avec la prise d’un gingembre en capsules.

bienfaits-gingembre

Cette plante permet également de combattre les bactéries tout en atténuant les douleurs, les fièvres et les inflammations. En tant qu’anti-inflammatoire naturel et antioxydant, on peut en manger quotidiennement, dans la limite de 500 mg, sans que cela ait un effet notoire sur sa santé. Mixé avec de l’ail ou de l’oignon dans un jus, il a un effet thérapeutique efficace. En tant qu’antibactérien, le gingembre permet aussi de tonifier l’organisme. Sa teneur en cuivre permet en effet de participer à la formation du collagène et au pigment des globules rouges du sang. Une alimentation contenant une quantité suffisante du gingembre permet ainsi de fortifier les personnes faibles, malades ou souffrantes. Le manganèse contenu dans sa composition permet également de prévenir les dégradations provoquées par les radicaux libres. En occident, les personnes atteintes de problèmes de rhumatisme ou d’arthrite en consomment pour diminuer les douleurs. Certains diététiciens le recommandent également en tant que brûle-graisses, c’est peut-être du fait qu’il améliore la digestion.

Mais on lui reconnaît également des propriétés aphrodisiaques dues à sa capacité de renforcer l’organisme. Il agit ainsi sur les hormones et chauffe l’organisme. Quant à la propriété pour stimuler la libido qu’on lui attribue, d’autres plantes comme le maca est prouvée plus efficace à cette fin.

Y a-t-il des contre-indications à la prise du gingembre ?

A doses assez importantes, des sensations de brûlures d’estomacs peuvent apparaître. La personne peut également avoir des diarrhées plus ou moins sérieuses. Il faut alors réduire le dosage. Au fur et à mesure que l’organisme s’habitue au nouveau régime, on augmente la dose. Enfin, il est déconseillé pour les personnes ayant des troubles d’obturation de voies biliaires.

Le thé est une boisson odorante préparée en versant des feuilles et des bourgeons de théier, un arbuste à feuilles persistantes originaire d'Asie, et pouvant être bue chaude ou froide. Riche en épigallocatéchine, en gallate d'épigallocatéchine, en théanine et en caféine, le thé est à la fois recherché pour son goût, ses qualités énergisantes et relaxantes de même que pour son impact positif sur la santé dans le cas du thé vert.

Le Thé, boisson ancestrale

Le Thé est une boisson ancienne née il y a certains millénaires dans les lointaines contrées d’Asie. Lancée dans le Nouveau Monde à l’aube du XVIIème siècle, cette boisson, maintenant mondialement consommée, compte tout le jour de nouveaux adhérents. Après l’eau, le thé est la boisson la plus universelle, préparée de façon différente suivant les origines, les coutumes et les religions. On a en produit ainsi, toute l’année 2.700.000 tonnes environ. 1200 milliards de tasses de thé sont consommées par an, soit 36 000 à la seconde, ce qui convient à une consommation annuelle moyenne de 600 grammes par habitant. Boisson nationale dans plusieurs pays, boisson d’exception dans d’autres, en tout lieu boisson recherchée pour ses qualités de fraîcheur, son goût, son infinie variété et ses bienfaits. Les thés sont différenciés par leurs couleurs (noirs, verts, oolong, jaunes, blancs et post-fermentés). Ces types de thés ne viennent pas de diverses espèces de théier, comme on l'a autrefois cru en Occident, mais sont obtenues en traitant diversement les feuilles récoltées. Si les opérations élémentaires sont faciles à détailler, les vraies méthodes sont des secrets industriels jalousement réservés.

the-boisson-miracle

L’origine du Thé

Boissons de consommation quotidienne actuellement, le thé est peut-être arrivé il y a 5 000 ans environ. Son histoire est digne des meilleurs scénarios de vos séries préférées. De certaines légendes enferment le mystère de son origine. La plus ancienne provient à 2737 av. J.C. en Chine. L’Empereur SHEN NONG (le divin moissonneur), dernier des trois Empereurs mythiques, toujours soucieux du bien-être et de la santé de ses sujets, leur commande de faire régulièrement bouillir l’eau avant de la boire. Par une journée de grande chaleur, l’Empereur, assis à l’ombre d’un arbuste, fait bouillir de l’eau pour se rafraîchir puis s‘endormit. Lors de son sommeil, quelques feuilles de ce petit arbre tombent dans la jarre. À son réveil, SHEN NONG, qui découvre cette infusion savoureuse, décide d’étendre les jardins de thés et incite ses sujets à faire du thé leur boisson favorite. Ainsi naquit le thé devenu une boisson très populaire en Asie. C’est au VIIème siècle que les premières exportations de thé commencent de Chine vers le Tibet. Pourtant, il ne devient l’objet d’un marché actif en Asie depuis le Xème siècle. Cité par Marco Polo (1254-1323) dans son livre « Les Merveilles du Monde », le thé ne fait son arrivée en Occident qu’en 1606, à la faveur de la Compagnie hollandaise des Indes Orientales. Il évolue très rapidement la boisson préférée des Anglais et la demande des marchés européens ne finit pas de se multiplier. Les premières boutiques spécialisées s’ouvrent à Londres ; le thé fait son entrée à la Cour Royale d’Angleterre sous le règne de Charles II.