L’utilisation du gingembre remonte à plus de 5000 ans. Les civilisations grecques, romaines s’en servaient déjà pour assaisonner leurs mets. De nos jours, il est très apprécié dans les plats asiatiques en Chine, mais aussi en Inde, et également quelques recettes de la gastronomie européenne. Ce condiment est connu pour ses vertus antioxydante, anti-inflammatoire et aphrodisiaque. Le point sur les propriétés et les bienfaits de cette épice.

Les vertus du gingembre

La consommation régulière de cet aliment sous forme de poudre ou frais est bénéfique pour la santé. Il est réputé par ses nombreuses propriétés médicinales dues à sa richesse en manganèse, phosphore et magnésium. On trouve également du calcium, fer, sodium, cuivre, vitamines B2, B3 et vitamine C dans sa composition. Entre autres vertus, le gingembre a une action favorable sur l’équilibre de la digestion et réduit les perturbations du métabolisme. En effet, il améliore la sécrétion biliaire et les enzymes digestives. Les personnes qui ont du mal à digérer les graisses ou d’autres aliments feront ainsi mieux de boire une boisson de gingembre avant chaque repas. Il a également l’intérêt d’arrêter les nausées et les vomissements. Les femmes enceintes qui sont pour la plupart du temps sujettes aux vomissements peuvent en consommer 1,5 g en poudre par jour. Les fréquents rejets gastriques lors d’un voyage en car ou en avion, ou après une opération chirurgicale peuvent également s’estomper avec la prise d’un gingembre en capsules.

bienfaits-gingembre

Cette plante permet également de combattre les bactéries tout en atténuant les douleurs, les fièvres et les inflammations. En tant qu’anti-inflammatoire naturel et antioxydant, on peut en manger quotidiennement, dans la limite de 500 mg, sans que cela ait un effet notoire sur sa santé. Mixé avec de l’ail ou de l’oignon dans un jus, il a un effet thérapeutique efficace. En tant qu’antibactérien, le gingembre permet aussi de tonifier l’organisme. Sa teneur en cuivre permet en effet de participer à la formation du collagène et au pigment des globules rouges du sang. Une alimentation contenant une quantité suffisante du gingembre permet ainsi de fortifier les personnes faibles, malades ou souffrantes. Le manganèse contenu dans sa composition permet également de prévenir les dégradations provoquées par les radicaux libres. En occident, les personnes atteintes de problèmes de rhumatisme ou d’arthrite en consomment pour diminuer les douleurs. Certains diététiciens le recommandent également en tant que brûle-graisses, c’est peut-être du fait qu’il améliore la digestion.

Mais on lui reconnaît également des propriétés aphrodisiaques dues à sa capacité de renforcer l’organisme. Il agit ainsi sur les hormones et chauffe l’organisme. Quant à la propriété pour stimuler la libido qu’on lui attribue, d’autres plantes comme le maca est prouvée plus efficace à cette fin.

Y a-t-il des contre-indications à la prise du gingembre ?

A doses assez importantes, des sensations de brûlures d’estomacs peuvent apparaître. La personne peut également avoir des diarrhées plus ou moins sérieuses. Il faut alors réduire le dosage. Au fur et à mesure que l’organisme s’habitue au nouveau régime, on augmente la dose. Enfin, il est déconseillé pour les personnes ayant des troubles d’obturation de voies biliaires.

Le thé est une boisson odorante préparée en versant des feuilles et des bourgeons de théier, un arbuste à feuilles persistantes originaire d'Asie, et pouvant être bue chaude ou froide. Riche en épigallocatéchine, en gallate d'épigallocatéchine, en théanine et en caféine, le thé est à la fois recherché pour son goût, ses qualités énergisantes et relaxantes de même que pour son impact positif sur la santé dans le cas du thé vert.

Le Thé, boisson ancestrale

Le Thé est une boisson ancienne née il y a certains millénaires dans les lointaines contrées d’Asie. Lancée dans le Nouveau Monde à l’aube du XVIIème siècle, cette boisson, maintenant mondialement consommée, compte tout le jour de nouveaux adhérents. Après l’eau, le thé est la boisson la plus universelle, préparée de façon différente suivant les origines, les coutumes et les religions. On a en produit ainsi, toute l’année 2.700.000 tonnes environ. 1200 milliards de tasses de thé sont consommées par an, soit 36 000 à la seconde, ce qui convient à une consommation annuelle moyenne de 600 grammes par habitant. Boisson nationale dans plusieurs pays, boisson d’exception dans d’autres, en tout lieu boisson recherchée pour ses qualités de fraîcheur, son goût, son infinie variété et ses bienfaits. Les thés sont différenciés par leurs couleurs (noirs, verts, oolong, jaunes, blancs et post-fermentés). Ces types de thés ne viennent pas de diverses espèces de théier, comme on l'a autrefois cru en Occident, mais sont obtenues en traitant diversement les feuilles récoltées. Si les opérations élémentaires sont faciles à détailler, les vraies méthodes sont des secrets industriels jalousement réservés.

the-boisson-miracle

L’origine du Thé

Boissons de consommation quotidienne actuellement, le thé est peut-être arrivé il y a 5 000 ans environ. Son histoire est digne des meilleurs scénarios de vos séries préférées. De certaines légendes enferment le mystère de son origine. La plus ancienne provient à 2737 av. J.C. en Chine. L’Empereur SHEN NONG (le divin moissonneur), dernier des trois Empereurs mythiques, toujours soucieux du bien-être et de la santé de ses sujets, leur commande de faire régulièrement bouillir l’eau avant de la boire. Par une journée de grande chaleur, l’Empereur, assis à l’ombre d’un arbuste, fait bouillir de l’eau pour se rafraîchir puis s‘endormit. Lors de son sommeil, quelques feuilles de ce petit arbre tombent dans la jarre. À son réveil, SHEN NONG, qui découvre cette infusion savoureuse, décide d’étendre les jardins de thés et incite ses sujets à faire du thé leur boisson favorite. Ainsi naquit le thé devenu une boisson très populaire en Asie. C’est au VIIème siècle que les premières exportations de thé commencent de Chine vers le Tibet. Pourtant, il ne devient l’objet d’un marché actif en Asie depuis le Xème siècle. Cité par Marco Polo (1254-1323) dans son livre « Les Merveilles du Monde », le thé ne fait son arrivée en Occident qu’en 1606, à la faveur de la Compagnie hollandaise des Indes Orientales. Il évolue très rapidement la boisson préférée des Anglais et la demande des marchés européens ne finit pas de se multiplier. Les premières boutiques spécialisées s’ouvrent à Londres ; le thé fait son entrée à la Cour Royale d’Angleterre sous le règne de Charles II.